L'oxydation des aliments et des métaux

 

L'OXYDATION DES ALIMENTS 

Il y a trois causes principales dans le processus d'oxydation d'un aliment. En effet, on y retrouve la lumière, la chaleur et surtout le contact avec l'air ambiant. L'oxydation d'un aliment est due aux molécules appelés : radicaux libres. Ces radicaux libres sont en fait des molécules instables car elles ne répondent plus à la règle de l'octet ou du duet. En effet, les forces initialement exercées ne sont plus les mêmes, par conséquent la stablilité de l'atome se trouve également modifiée. On a alors des radicaux libres qui vont chercher a respecter les règles de l'octet et du duet, pour se faire les radicaux libres vont chercher un électron sur la couche externe d'un autre atome ou d'une autre molécule. On va alors assister à une réaction en chaîne.

 

IMAGE

 

En alimentaire on parlera de brunissement pour les fruiits et de rancissement pour les lipides, ces deux phénomènes donnent lieu à un changement de couleur de la cible de cette altération. Or, on notera tout de même un point important, contrairement à ce que l'on pense, cette oxydation n'est pas forcément mauvaise. Dans le cas de fruits ou de légumes frais comme les pommes, les avocats le brunissement altère leurs qualités nutrionnelles qui deviennent moindres. Mais cela peut avoir de bons effets comme pour le thé chez qui le brunissement libère les aromes.

Image

 

Chez certaines huies c'est la même chose, le rancissement leur donnerais des effets bénéfiques sur la peau. 

 

L'OXYDATION DES METEAUX 

 Les métaux quand à eux sont en général issus d'oxydes, par exemple le fer se trouve sous la forme de troix oxydes : l'oxyde ferreux (FeO), l'oxyde ferrique (Fe2O3) et l'oxyde magnétique (Fe3O4). On pourra relever que les oxydes de fer sont assez faciles à extraire car il se trouve à quelque mètre de profondeur. Après extraction, il ne reste plus qu'à les transformés dans les hauts ou bas fourneaux en métaux tel que nous les connaissons par un procédé assez simple. On introduit les minerais bruts que l'on chauffe à des températures avoisinants les 1000°C, à cette température les atomes d'oxygènes de l'air vont se combiner avec ceux des oxydes ne laissant d'une part que le fer (Fe) et de l'autre du dioxyde de carbone (CO2) formé par la combustion du charbon associé à la combinaison des atomes d'oxygène.

Image

 

Cette transformation étant entièremeent provoquée par l'Homme, les métaux ainsi créés vont donc vouloir revenir à leur état naturel. En effet, les atomes de fer ont une grande affinité avec les atomes d'oxygènes. Ceux-ci vont donc chercher à reformer des oxydes comme la rouille, on appelle cela la corrosion naturelle. Ce phénomène existe sous deux formes, la corrosion dite sèche et celle dite humide. Dans le cas de la première, la corrosion à lieu quand les agents oxydants ne sont pas en solutions à l'inverse de la seconde. On s'intéressera à la corrosion humide car celle-ci est plus complexe. Elle se déroule en trois étapes: Premièrement, des ions ferreux (Fe²+) et hydroxydes (HO-) se forment; Deuxièmement, après avoir formé un précipité ils sont oxydés par le dioxygène dissout dans la solution; enfin, le tout se transforme spontanément en rouille (Fe2O3). On remarque la similitude au niveau de la formule avec l'oxyde ferrique. Or, dans le cas du fer on peut tout de même noter une différence entre la rouille et l'oxyde ferrique; Dans ce cas précis, la rouille est formée d'oxyde de fer mais aussi d'hydroxyde de fer que l'on ne met pas toujorus en évidence dans la formule.

Afin de se rendre compte des conséquences qu'entraine cette corrossion, on peut avancer le fait qu'actuellement 20% de la production mondiale d'acier ne sert qu'à remplacer des installations corrodées. Dans le cas d'installations industrielles où de nombreuses pièces en métaux sont en contacts direct, la corrosion peut être accélérée par les frottements qui vont désagréger le métal et donc le rendre plus vulnérable à la corrosion.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site